menu
Recherche avancée ESPACE ADHÉRENT

Sélectivité et réduction des rejets

Les récentes réformes de la PCP (Politique Commune des Pêches) ont abouti à un véritable changement concernant les captures accessoires et les rejets.

Il est notamment stipulé dans le règlement (UE) n°1380/2013 que "toutes les captures des espèces faisant l'objet de limites de captures" doivent être retenues à bord, enregistrées et débarquées. En Manche - Mer du Nord, cela signifie donc qu'aucun individu d'une espèce soumise à quota ne pourra être rejeté.

Un calendrier de mise en oeuvre progressive a été établi, selon les pêcheries, par la Commission Européenne. 

 

Cette réglementation présente un double objectif : augmenter la taille moyenne des captures et donc améliorer l’état des stocks pour les espèces sensibles, et limiter les rejets. Cela soulève de nombreuses questions pour les flottilles, tout particulièrement celles ciblant un large nombre d'espèces, notamment les chalutiers en Manche Est - Mer du Nord. 

Cette obligation de débarquement va nécessairement entraîner des adaptations dans les pratiques des différents métiers.

2015 / 2019 - Le programme européen DiscardLess - En cours

 

Ce projet est financé dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Mis en place à l’échelle européenne, il fait suite à deux programmes nationaux déjà suivis par le FROM Nord :

  • Le projet CarRejet (porté par le CNPMEM et financé par France AgriMer), sur la caractérisation et l’origine des rejets actuels dans les pêcheries françaises.
  • Le projet EODE (porté par le CRPMEM Nord Pas de Calais Picardie, financé par France Filière Pêche et le Conseil Régional Nord Pas de Calais) sur les différents modes de gestion possibles pour réduire les captures non-désirées, ainsi que les opportunités d’adaptation éventuelles.

Dans cette continuité, le projet DiscardLess est davantage axé sur les différentes stratégies concrètes à mettre en œuvre pour faire face aux obligations de débarquement.

 

Le projet

Ce projet est structuré autour de 9 axes d'études. 

 

Le Pôle de Compétitivité AQUIMER coordonne les observations réalisées en France dans le cadre des marées expérimentales. Ayant labellisé et suivi les projets CarRejet et EODE, AQUIMER fournira les données nécessaires au projet DISCARDLESS. AQUIMER sera également en charge de la diffusion des résultats du projet auprès des acteurs français (OP, CNPMEM, CRPMEM, industries de transformation, etc.). 

 

 

L’IFREMER a été nommé « Chef de File » pour la thématique 1 : Evaluation multi-échelles en ce qui concerne l’écosystème. Des études vont ainsi être menées sur le rôle des rejets dans les écosystèmes, notamment grâce à diverses modélisations. Cela implique également de déterminer l’impact de cette réglementation dans les évaluations des stocks et la rédaction d’avis scientifiques.

Les autres volets sont assurés par des structures danoises, espagnoles, islandaises, norvégiennes, et du Royaume-Uni.

Certaines lignes directrices sont transversales à l’ensemble des thématiques : la notion d’innovation, de rentabilité, le renforcement du contrôle et du suivi, ou encore la volonté de diffusion des résultats.

 

Les objectifs

Il s'agit de fournir les connaissances et les outils nécessaires à la mise en place de stratégies optimisées de réduction des rejets. La collaboration des professionnels et de leurs représentants, des scientifiques, et des différents acteurs de l’industrie de transformation et de valorisation est indispensable à cette étude. Ainsi, DiscardLess doit être à même de conciler réponses aux objectifs européens de réduction des rejets, et prise en compte des intérêts économiques des professionnels. 

-- Du 01 au 04 mars 2016, la réunion annuelle du Projet se déroulait à Boulogne-sur-Mer

Les partenaires ont pu visiter le chalutier: Salut des Pêcheurs, et discuter avec son capitaine, Eric Ramet, ainsi que son équipage. La discussion a notamment abordé les difficultés de la mise en application de l'Obligation de Débarquement pour les pêcheries de Manche Est. Une table ronde a également été organisée afin que le débat touche aussi les professionnels et leurs représentants sur Boulogne-sur-Mer.

2014 / 2015 - Le projet EODE - Expérimentation de l'Obligation de Débarquements - Finalisé

 

Le projet 

Ce programme de recherche scientifique fait suite à l'étude CarRejet, qui avait permis de mettre en lumière que les chalutiers de fond opérant dans la région pouvaient atteindre à certains moments de l'année un pourcentage de rejets entre 20 et 40%. Il est donc essentiel d'anticiper la date d'entrée en vigueur de l'obligation de débarquement (janvier 2016), en évaluant sur le plan socio-économique les impacts que cette nouvelle réglementation entraînera, tant en amont qu’en aval de la filière. 

Porté par le Comité Régional (CRPMEM) du Nord-Pas-De-Calais-Picardie, labellisé par le Pôle de compétitivité AQUIMER en mai 2014, et financé par France Filière Pêche (FFP) et le Conseil Régional Nord Pas-de-Calais Picardie, il regroupe de très nombreux partenaires tels que le Comité National des Pêches (CNPMEM), IFREMER, la CCI Côte d'Opale, La Plate-Forme d'Innovation Nouvelles Vagues, Copalis, la CME, le FROM Nord, et la Direction des Pêches maritimes et de l'Aquaculture (DPMA). 

 

Les objectifs

Cette expérimentation pilote vise donc à tester en conditions réelles les contraintes qu'implique cette règlementation. Afin d'évaluer les différentes stratégies à mettre en œuvre, des marées expérimentales seront réalisées sur un chalutier de plus de 18 mètres (à raison de deux semaines par mois pendant un an) et sur un second de moins de 18 mètres (d'avril à septembre 2015). Ce projet s'attachera à la gestion à bord comme à terre des captures qui étaient habituellement rejetées (stockage et valorisation).  

 

2013 - Le projet SELECFISH - Finalisé

Le projet 

Le projet SELECFISH, porté par le Comité régional des Pêches du Nord Pas-de-Calais Picardie (CRPMEM), en partenariat avec l'IFREMER, a été financé par France Filière Pêche, Le Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais Picardie et l'Etat français. 

 

Les objectifs

L’une des solutions pour réduire les rejets est de travailler directement sur les engins de pêche, notamment les chaluts. Actuellement, les chalutiers artisans, en raison de la diversité des espèces ciblées, n'ont pas un maillage spécifique adapté à l’obligation de débarquement. L’objectif du projet était d’en améliorer la sélectivité pour réduire les rejets en Manche - Mer du Nord. 

 

Les méthodes et principaux résultats

Des tests ont été réalisés sur les espèces présentant les plus forts taux de rejets : merlan, plie, chinchard et hareng. D’autres tests ont également eu lieu pour les espèces à forte valeur commerciale : encornet, seiche, rouget-barbet, maquereau et cabillaud. Les évaluations ont porté principalement sur le maillage (forme, taille, longueur). Selon le protocole établi, deux chalutiers, dont l'un était équipé du dispositif sélectif, ont travaillé en simultané, afin que leurs captures puissent être comparées.

Les résultats sont mitigés. Certains dispositifs de sélection ont démontré leur utilité (jusqu’à 78% de rejets en moins). Néanmoins, les pertes commerciales liées à leur utilisation ne sont pas négligeables (jusqu’à 35% du chiffre d'affaires de la marée). Cette étude a démontré la complexité de cette pêcherie multi-spécifique, pour laquelle les engins testés ne pourront être efficaces que ponctuellement et pour des espèces précises. 

-- Une vidéo sur le projet SELECFISH

Crédit photo : Marmotte73 et Joachim S. Müller sur Flickr, Liecne Creative Commons

2012 - L'étude CarRejet - Finalisée

 

La mise en place du projet

L'étude CarRejet (Caractérisation des Rejets en Mer) avait pour objectif de contribuer à la mise en place de stratégies pertinentes pour réduire le pourcentage de captures non-désirées. 

Financé par France AgriMer et France Filière Pêche, ce projet a été porté par l'IFREMER, en collaboration avec le Comité National des Pêches (CNPMEM) et l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), et avec la participation de la Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture (DPMA). 

Labellisé par le Pôle de compétitivité AQUIMER en novembre 2011, le projet a débuté en septembre 2012 pour une durée de 18 mois. 

 

Les résultats

Ce projet a atteint ses trois principaux objectifs, à savoir : 

 

 - Caractériser les rejets, notamment pour les pêcheries les plus concernées par les rejets d'espèces réglementées, 

 - Identifier les origines et les causes des rejets pour les métiers les plus touchés par cette réglementation,

 - Selon les différentes causes de rejets identifiées, proposer des mesures de gestion idoines pour chacun des métiers concernés. 

 

 A la suite de ce projet, et grâce à l'ensemble des connaissances acquises pendant la réalisation de ce dernier, un programme d'expérimentation du Zéro-Rejet a été mis en place à l'échelle locale : Le programme EODE (Expérimentation de l'obligation de débarquements).